Le Soleil au Zénith

Comme à Montmartre ou à Montparnasse

 

 

 

 

     Je ne sais pas où j’ai envie de vivre et de finir de vivre.

     Dans le sud, ils ne sont pas beaux. Tu vas à Nice, Marseille, tu entends tout le temps : « Putain, Con, PD, Enculé, etc. » - ils se grattent les couilles tout le temps, comme ils s’en revendiquent eux-mêmes – ce n’est pas seulement qu’ils sont portés sur la chose, à la voile et à la vapeur ils me semblent souvent, ils sont hermaphrodites et leurs femmes idem.

     Nice, par exemple, c’est très joli comme ça, mais ils ont la Justice la plus pourrie de France. Tu n’as pas intérêt à avoir un problème avec la Justice là-bas.

 

     Dans le Sud, le soleil ça fait du bien, mais tu deviens vulgaire, commun, mafieux, hermaphrodite. Je sais, ce que je dis du Sud, c’est aussi un peu de la provoc.

 

     Dans le Nord et le manque de soleil, tu deviens plutôt « bœuf », bovin, beauf, abruti style le film « Bienvenu chez les Ch’tis » (avec l’acteur Dany Boon) plutôt que : vulgaire, mafieux et hermaphrodite.

     D’ailleurs le succès de ce film montre la médiocrité du spectateur et donc du citoyen moyen, qu’il soit du Nord ou du Sud.

     « Comme en littérature (où triomphent les Guillaume Musso, Marc Lévy), comme dans tous les arts, les gens avalent ce qu’on leur dit d’acheter : ils consomment. Il n’y a pas de critique libre, d’émissions télés ou radio de qualité, nous sommes à l’heure du marketing, de la pipolisation généralisée (dans pipole, il y a pipo). » (Pierre Gillieth)

     Je n’ai rien à démontrer, cela saute aux yeux.

 

     Je pense aux gens qui prennent leur destin en mains, à la terre et au soleil. Avec l’âge se fait sentir le besoins de chaleur et de lumière, mais l’excès de soleil n’est pas meilleur que son manque absolu. Si je pars quelque part demain, ce ne sera pas dans le Sud (et peut-être pas non plus dans le Nord). Avec l’âge, on a besoins de soleil. Et toujours on s’adapte à son milieu.

 

      Il faut se méfier des Paradis ensoleillés qu’on nous vend. On finit vite par devenir soi-même un des objets de jouissance appartenant à ce soi-disant Paradis. C’est la théorie même de Darwin : « Ceux qui survivent et s’accroissent ne sont pas les plus forts ni les plus intelligents, mais ceux qui s’adaptent le mieux à leur milieu ». Ce n’est pas pour rien que les populations longtemps laissées au Nord ont plutôt la peau claire, et que ceux du Sud sont plus foncés.

     Même les Anciens Grecs ne concevaient pas leurs dieux (Apollon, etc.) constamment sous l’influence de leur soleil méditerranéen. Leurs dieux passaient 9 mois sous le soleil grec et retournaient 3 mois dans leur Hyperborée natale, je crois.

 

     Apollon fut puni par Zeus pour n’avoir pas dénoncé une conspiration contre lui, et alla partager le travail du porcher Eubuléos (d’où l’expression : « On n’a pas gardé les cochons ensemble ! »).

     La comparaison est un peu illustre, mais je crois que le travail me fait parfois également du bien. Pas par morale, pas pour la société, pas par sociabilité, mais c’est comme les saisons et l’hiver, il me remet les idées en place, « des fois » il faut voir les gens vraiment de près quand ils ne jouent pas à l'ami ou au marchand d'en face : pour le croire.

    

     Je ne sais pas où je veux continuer ma vie, le Nord, le Sud, l’Ouest ?

     Il y a 10 jours, j’étais à Arcachon. L’entrée du Bassin d’Arcachon. Les passes et la mer étincelante. Les dunes et les plages de sable brillant. Les pins, le soleil d’un or bienfaisant dans les yeux. Je crois que c’était pour me faire envie.

     Mais je ne m'attarderai pas non plus à Arcachon. Le soleil mon grand copain m’y a toujours apprécié, mais entre vivre dans un endroit magnifique 2 mois dans l’année ou 12 mois sur 12, ce n’est pas du tout pareil.

 

     L’argent et l’or sont comme le soleil. J’aime leurs grandes bouffées de vie et de chaleur, j’envie la vie à Auteuil-Neuilly-Passy et puis surtout aux Champs-Elysées. Dans la mythologie grecque, les Champs-Elysées étaient la demeure promise aux héros défunts, une espèce de Paradis pour les élus, et effectivement c’est le cas, l’argent l’or et le soleil y sont constamment à leur zénith. Bienfaisants et écrasants.

     De quoi dégénérer et devenir agité, vulgaire, hermaphrodite et laid.

 

     Le mieux pour ma vie, si je pouvais, ce serait comme pour les anciens dieux grecs, que je me ballade du nord au sud, du monde de l’argent et du soleil à profusion (qui me constitue l’ossature)… à des mondes plus brumeux de risque et de travail, d’obligation de composer avec les autres, de les comprendre et de me faire les pieds et les tripes. Si l’on a toujours la vie que l’on désire, que l’on mérite, ou celle qui nous fait le plus avancer ? Il faut être bien superstitieux pour en être certain.

 

     Ainsi je parlais, avec l’ami d’adolescence avec qui j’étais allé voir ce dimanche (« La vie est un long dimanche qui n'en finit pas ») ce spectacle de « Messmer l'Hypnotiseur » à Montparnasse. Je lui demandais : « Tu crois que ce sont des idées d’hurluberlu ? »

     Lui en tous cas n’envisageait pas de finir vivre sa vie dans l’Est.

 

 

     Je lui dis aussi que de toute façon, bien des villes en France vont finir comme le Bronx. Que les grands capitalistes ont besoins d’esclaves pas chers et de « sous-prolétariats de Ghetto », pour faire chuter les salaires et effrayer (dans le sens de l’ordre) les travailleurs. C’est même planifié, il y a la CIA qui veut ça : des banlieues de sous-prolétariats de Ghetto, idéalisées comme modèles. Avec ses ONG et ses réseaux, la CIA ne pense et ne veut que cela pour l’Europe, les liens dévoilés par Wikileaks le prouvent : pour elle, l’Europe sera toujours trop homogène, ethniquement et culturellement.

     L’Amérique voit l’Europe au mieux comme une colonie et au pire comme une ennemie à déraciner à décérébrer à dominer.

 

     Même dans les villes de Province, cela tourne parfois au Bronx et au sous-prolétariat de ghetto partout ? Tu sais, quand je suis allé à New York, j’ai visité le Bronx. Des immeubles magnifiques style « hollandais colonial » avec des avenues plus belles et plus larges qu’à Auteuil-Neuilly-Passy, mais le tout sinistré comme pendant la guerre à Beyrouth. Dans tous les immeubles, 4 appartements sur 5 sont murés. Le Bronx, c’est gigantesque, la moitié de Paris peut-être. A un moment, plus rien n’y fonctionnait, il n’y avait même plus une seule pharmacie d’ouverte ! Aujourd’hui, on y applique « le principe et l’esprit des premiers pionniers ». La municipalité de New York donne un appartement pour un dollar symbolique, à celui qui voudra bien le retaper, l’entretenir et le défendre.

     Au bout de quelques années, l’appartement appartient définitivement au pionnier. Cela fonctionne un peu, d’après ma guide d’alors, il y a des bouts de quartiers qui recommencent à vivre « normalement », surtout des blancs et des asiatiques.

     Mais bon, par ici, l'esprit des premiers pionniers n'a pas encore frappé trois fois, et c'est plutôt un genre de « débandade qu'il ne faut pas exagérer paraît-il ».

 

     Dans la Goutte d’Or à Paris et dans certains coins de banlieues, quand la fureur du travail a fini de faire du bruit, le soir, on voit des grappes d’hommes devant les portes cochères et pas mal le genre sous-prolétariat de Ghetto, si magnifié si prisé dans les clips les pubs les téléfilms à la télévision. Mais que des hommes. Pas une femme. Pas une fille. Des grappes d’hommes désœuvrés, plein d’ennui et de frustrations, avec l’œil noir et dur.

 

     Tu sais, si plus tard, tu peux et tu veux choisir une ville ou un endroit ou un quartier agréable, il y a un signe qui ne trompe pas.

      Là, il y a toujours des filles et des femmes seules ou à plusieurs, ou accompagnées, dans les cafés et les salles de spectacles, elles sont souvent en mini-jupes et simples ou coquettes, comme encore à Montmartre ou à Montparnasse.

 

 

                                                                                         

 

 

                                                                         Odal GOLD

 

                                                                         www.odalgold.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



19/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


This is my Odal Gold Blog. I'm just a poor boy !------- Odal GOLD


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion