Le Soleil au Zénith

La fabrication des croquettes

 

 

    Depuis quelques millénaires, la désertification n'a cessé d'avancer. Si je me souviens bien de mes lectures, par exemple, il y a encore 7000 ans, le Sahara aurait été un genre de savane – et même l’Égypte du temps de la colonisation romaine était encore pour Rome un grenier à blé. Les gens qui construisirent le plus beau des civilisations antiques n'étaient certainement pas que des marchands, et leurs organisations sociales n'étaient pas que mercantiles. Et le désert avance toujours.  

 


 

 

     Une civilisation uniquement basée sur l'argent, cela n'existe pas, ce n'est pas seulement que c'est trop inhumain: ce n'est même plus du domaine du vivant. Mon hypothèse est que quand le règne de l'argent va à son terme, on débouche tout de suite après sur une théocratie, comme l'Empire romain à son terme, comme les Anciens Irakiens, comme ce qui se passe en ce moment pour l'Empire américain. C'est ce qui nous pend au nez, une théocratie chrétienne à la sauce américaine (et Sarkozy en fut le fer de lance en Europe).

 

     Il semble d'ailleurs que la science et l'histoire officielle occidentales soient imbibées des mythes judéo-chrétiens, pour qu'à l'école on m'ait ainsi farci la tête avec les sumériens et les babyloniens (qui ont d'ailleurs des histoires originales et intéressantes – mais surtout liées dans l'esprit judéo-chrétien avec sa propre histoire). Les scientifiques et les historiens sont surtout des courtisans du pouvoir et de l'argent, ou de ce qu'ils croient tels ici. Dans les écoles occidentales, on ne ne m'a même jamais enseigné la moindre histoire sur le sanscrit, qui est pourtant la preuve d'une mémoire : bien plus extraordinaire que tout ce qu'on m'a inculqué ici.

 

     J'ai pris conscience qu'il y avait une guerre des mémoires, et que dans cette guerre on me cachait une partie d'un passé qui m'opposait à l'autre passé (bien plus récent celui-là, superficiel, très prétentieux et conquérant), le seul officiel ici.  La guerre des mémoires a au moins 2000 ans.

 

 

 

     Je pense que les algériens du FLN ont avec la France - un peu - le même rapport que celui des sionistes et des français gaullistes avec l'Allemagne.

 

     Les anciens colonisateurs pourront s'excuser, se justifier, payer des dédommagements à ne plus compter, demander pardon, parler de rapports soi-disant  passionnées ou privilégiés (la belle dialectique), s'effacer, se faire humble, et puis encore payer : cela n'en finira jamais.

 

     En plus, ça rapporte pour l'éternité ? Comment ils disent déjà, tous ces braves gens : ni oubli, ni pardon ?  

     On est toujours l'ancien colonisateur de quelqu'un, et c'est ça qui est marrant. Même la femme a bien souvent été la colonisée de l'homme, au lieu d'être - plus esthétiquement -  sa partenaire.

 

     Chez le colonisateur, il y a souvent du mépris. Chez le colonisé, il y a la haine, et la haine ça s'oublie beaucoup moins vite que le mépris, crois-moi, Man.

     (Eventuellement regarde-toi en face) Et crois-moi, la comparaison et le constat sont bons. C'est ça aussi qui est marrant. 


     Tu es un asocial.

      Je suis un homme inachevé. Quelque part dans mon passé j'étais programmé à devenir un mec bien tous plans. Et voilà, l'inimaginable a eu lieu, et par besoin de sécurité je suis devenu immoral dans mon IBM dans ma tête ; j'ai préféré garder l'affection de certains, mais aussi du coup leurs idées, et surtout les miennes.

      J'en ai toujours eu conscience et enfin, sans heurter aucun de mes sentiments, je vais pouvoir me reprogrammer dans le bon sens.

      Maintenant c'est votre tour à tous : déprogrammez-vous, ou vous allez vous faire flinguer.

       Je répète : déprogrammez-vous, ou vous allez vous faire flinguer…  

                            

     La dernière pensée avant de mourir ou de faire une dépression, ou de déboucher sur le vide, c'est de manger encore un sucre. Puis plus rien. La machine ne répond plus. La programmation ultime s'enclenche, avec le bruit d'une feuille morte quand elle s'écrase sur le trottoir.

       Ailleurs la vie trépide et étincelle, tout le monde s'en fout. Chacun son tour pourtant c'est, d'être écrasé ou ramassé, et reconditionné comme croquettes pour les autres morfals.

       Servir à quelque chose, ou se servir soi-même, c'est ça être un battant.

                                                

       Une tache rouge et noire, les centaines de facettes des yeux d'une mouche - instantanément broyée - perçoivent. À défaut d'être utile, un dernier esthétisme dans le tableau de la vie, c'est le panache de la mouche.

 

 

 

 

 

 

       Le panache d'un homme définitivement inachevé, ce serait de ne pas parler d' « enculé » et sur le Coran de la Mecque à tous bouts de champs. Mais qu'est-ce que tu racontes ! ?

       Tu te rends compte si on n'oubliait pas parfois, la haine toujours en suspens ?? ??  Mais, Man, le passé est important pour comprendre le présent et le futur, et je n'ai pas si peur, ni de ma propre pensée, ni de ma propre mémoire, qui ont bien plus de 2000 ans d'âge. Et je n'ai pas si peur non plus du citoyen moyen, qui n'a pas besoins d'être religieux pour être souvent mon antithèse...

       Je suis un antisocial, un sauvageon, un minable agressif, oui, voilà ; je ne vais pas perdre mon sang-froid à cause de certaines discordances pour l'oreille, comprises dans la fabrication des croquettes.

 

 

      Je suis content de moi, car j'ai l'explication des hommes inachevés, et comment je gagne et pourquoi je gagne ma pâtée.

     

       Maintenant je sais : ma pâtée a du goût et je l'aime.

 

 

 

 

     Odal GOLD        www.odalgold.com


 



11/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


This is my Odal Gold Blog. I'm just a poor boy !------- Odal GOLD


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion