Le Soleil au Zénith

Tu vas comprendre ta douleur

 

 

    

     D’après les Upanishads, la souffrance est le contant démenti opposé par le Tout à la vaine tentative faite par l'égo pour réduire l'universel aux limites d'une possibilité de joie personnelle exclusive.

  

     La douleur régie notre monde.

     Mais pour la plupart des gens, il s'agit seulement de lui échapper.

 

     Certains font dans la simplicité et sont devenues des brutes, ils acquièrent leur paradis sur terre par leurs excès de simplicité et de brutalité. A notre époque ces gens brutaux sont souvent les plus moraux.

 

     Par exemple les tortures de Abu Ghraib et d'Afghanistan, et les Guantanamo n'ont pas fait bouger grand-monde. Il faut dire que les USA sont une nation essentiellement morale. Malgré les bombardements de Dresde (et déjà pendant la 2ème guerre mondiale, un prisonnier allemand sur 10 serait mort de maladie et de mauvais traitements dans les camps d'internement américains) et de Hiroshima (qui est en fait une méga expérimentation scientifique), les bombardements au Napalm du Vietnam –  quand ils spolient, rackettent, torturent leurs prisonniers, assassinent – ils le font toujours pour le BIEN, la démocratie et Dieu.

 

     Le millième de ce qu'ils font dans le monde – à part Israël qui est un peu le 51ème État américain et qui se permet un peu la même chose à une plus petite échelle – liguerait contre la nation qui s'y adonnerait : le reste de l'humanité.

 

     Il faut croire que le rêve américain (entasser beaucoup d'argent, et avoir au moins une villa avec piscine mais alors en travaillant 70 heures par semaine) compte beaucoup dans l'esprit des peuples, et que ce rêve et la morale qui va avec convient très bien à notre humanité présente.

 

     Dans ce pays si indéfectiblement moral que sont les USA, grâce aux Patriot Acts, sur simple soupçon de terrorisme, on peut maintenant y être enfermé sans assistance d'un avocat, d'un juge, sans connaître ce qui vous est reproché, indéfiniment, sans contact ni droit au moindre coup de téléphone, puis légalement torturé, et puis (éventuellement) relâché sans explication.

 

     Peut-être qu'il y a un nouveau Moyen-âge qui s'instaure, ou une mutation vers un humain sociable (comme une fourmi, pas comme un animal à sang chaud) avec toujours un sourire dentifrice, idéalement productif et social, toujours abject et moral.



 

 

 

     Je disais donc que la stratégie de beaucoup, pour séduire la douleur, est de faire partie des brutes, surtout morales.

 

 

 

Si comme le Bouddha

 

     Si comme le Bouddha, tu es du bon coté de la Porte, alors tu seras à l'abri de la foule, de la masse des pauvres diables et des braves gens, de toutes les hordes d'ambitieux fanatiques, des vaniteux et des excités vulgaires.

 

     Alors tu pourras dormir et l'éveil te sera également possible.

     Tu ne te replieras plus.

     Nul autre que toi ne peut définir de quel coté de la Porte tu veux être, ni de quel coté il vaut mieux être.

     Nul autre que toi ne peut définir ce que peut être la réalité (santé, amour, sexe, argent - la vision de toi-même avançant à travers le temps).

 

     Hors la réalité de l'Occident, tu peux crever la gueule ouverte, et personne même ne viendrait te ramasser ? Le monde des spectres est-il encore pire, ailleurs ? - et tu as bien de la chance de vivre parmi nous. 

     Peut-être, mais ici on se demande où on va, et ça fait mal à la tête. Hors la réalité des hôpitaux américains, point de salut ? Tu es né pour comprendre ta douleur, car la médecine occidentale, contrairement à toutes les autres, ne prétend pas faire de miracles à la manière des chamans, ni être douce.

 

 

      Ici l'homme électronique est l'avenir de l'âme occidentale. La logique y est aussi efficace que terrifiante. 

 
     Les dentistes et les docteurs se doivent de faire mal. Les bagnes que l'on rouvre, aussi. Les drogues que l'on distribue aux enfants, pour les rendre attentifs en classe, aussi.
     Bientôt on va réinventer les châtiments corporels et les camisoles pas que chimiques.

 

 

 

 

 

     Déjà le New Age se débarrasse de toutes ses promesses de bonne santé et d'harmonie. Il n'a plus besoin des rêveurs et des aventuriers des premiers temps.
     Maintenant, devenir un âge très très sage, le New Age lui aussi veut. Aussi moral et implacable que le précédent, déjà il se présente.

 

      Ce qu'il faut savoir, c'est que le New Age est mort.

     Il n'a même pas eu besoin de tomber pour la gamelle, pour devenir déprimant avec ses travailleurs tristes et ses nouveaux indiens fous, remontés comme des Coucous … pour quelques millénaires.

 

      Le New Age, vieux de quelques années, n'était là que comme vaccin, élément volontairement affaibli et sans avenir - pour immuniser la forme humaine de l'humain, considéré comme un virus par la masse grouillante et unanimement UNE.

     C'était perdu d'avance, et ça pourrait être programmé comme ça pour des millions d'années. Mais c'était bon d'avoir essayé.

     Ça ira mieux la prochaine fois.

 

 

     La bonne affaire des Sauveurs et des bons génies :

 

 

     Mais la plupart des braves gens sont certes des bons génies, toujours prêt à faire le bien et toujours pour la bonne cause : le Téléthon, SOS for Africa of course, SOS pour le Dieu, pour le fuck et pour le job. En ce moment une grande cause qui fait bien bavarder et qui fait surtout bien vendre, c'est le réchauffement planétaire. Cela n'intéresse pas tant les gens parce que le problème est vrai (et à mon avis il est vrai)  que parce qu'il permet d'être un héros et un sauveur de l'humanité à bon compte : c'est ainsi qu'aimeraient pouvoir s'identifier à jamais les multitudes d'esclaves exquis, surtout les multitudes omnivores occidentales.

 

     On ne peut pas vraiment non plus discuter raisonnablement avec les bons génies : ils mangent bien de la viande comme moi, mais eux ils ne tuent jamais, ils achètent leur viande chez le boucher (c'est le boucher qui est une brute), ce n'est pas de leur faute. Ou alors, comme chez les islamo judéo-chrétiens – c'est leur dieu jaloux (qui se veut omniscient et omnipotent) qui leur aurait dit qu'Il avait créé les animaux spécialement pour qu'ils puissent être béquetés (texto Man !) ... par eux.

 

     Là où la brute, surtout la brute morale, ne se pose aucune question – le bon génie prétend résoudre des questions souvent primordiales. Mais il le fait toujours à la manière d'une chimère (les jambes dans une bouteille ou mi-homme mi-fourmi) qui ne pourrait pas vraiment appréhender la sensibilité humaine ou animale. Le bon génie est une calamité pour l'homme comme pour l'animal et aussi pour tout ce qui vit sur notre belle planète Gaïa.

 

 

 

 

     Certes, les futurs Sauveurs de l'humanité seront peut-être des pygmées et des africains. Mais je n'ai jamais compris, au jour d'aujourd'hui, des Sauveurs, mais pourquoi faire ? Pour nous sauver de quoi encore ?? 

 

 

     Et en plus il faudra encore les attacher, tel Prométhée sur son rocher, ou leur faire perdre la boussole et leur faire adorer une pierre noire, ou les enfermer dans des bouteilles, ou les clouer sur du bois, ou s'en débarrasser d'une autre manière ! ?
     C'est indispensable mais très fatiguant - ça prendra encore du temps - et le résultat ne sera jamais que ces gyrophares et ces balises qui répètent ad aeternam : voilà ce dont la plupart des gens se revendiquent et à quoi ils aiment bien s'assimiler – voilà tout ce qu'il ne faut surtout pas faire (jouer les bons génies et les Sauveurs) ni aimer.

 

     Les politiques, il faudrait faire avec eux ce qu’on faisait avec les bons génies du temps de Sumer ou de Babylone : les mettre dans des bouteilles.

 

     On n’entendrait plus, ainsi, leurs promesses incessantes de résoudre tous les vœux. Et le monde en serait beaucoup moins bruyant et beaucoup plus calme.      

 

      Ainsi parle Lao-Tseu, dans le « Tao Tê King » : « la sagesse politique fut le commencement de tous les abus ».

 

     Ces bons génies et ces sauveurs sont connus, aimés, respectés, divinisés, souvent pathétiques et maltraités. C'est fou ce que les gens les aiment et les respectent, ces balises couleur sang écarlate. Il n'y a que les brutes pur jus que les gens vénèrent autant.


     Cela tombe bien, je ne me veux ni comme ceux-là, ni comme les autres.

 

     J'ai des pensées qui rendent circonspects. Je sais que je peux te faire part de ces pensées, justement parce qu'elles sont inconcevables à la plupart, dans le sens que de toute façon ils iront contre.

   

     J'espère que ces pensées t'ont bien interloquées. Maintenant je vais pouvoir dormir. I'm just a Dreamer !

 

 

                                              Odal GOLD

 

                                                                          www.odalgold.com

 

 

 

 

 

 

                                               

 



11/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


This is my Odal Gold Blog. I'm just a poor boy !------- Odal GOLD


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion