Le Soleil au Zénith

Gentilles sorcières

 

 

Là où malgré la peur de nos entrailles, et la part de superstitions innées de notre espèce – nous pouvons avancer.

Plus que l'or et l'argent, il y a la force des autres symboles, et donc la maîtrise du monde. Ce que je traque derrière les symboles, ce sont les phéromones, le langage, la génétique, les concepts, la technologie, et les hormones – qui amélioreront ma destinée, et la rendront intéressante. Car ce que je recherche, c'est la capacité de me trans­former et de changer mon destin, c'est la clé de tous les trésors humains : c'est le pouvoir des symboles.

Moi. Moi tout seul.

Depuis toujours dans les brumes, le soleil s'est caché.

 

 

            Génétique et acquis, l'argent est un miroir de la réalité et du mental : un miroir de l'état d'esprit individuel et collectif. Le miroir du rêve européen, et de ses barbelés pour riches.

           Avec très peu certains font beaucoup, et avec beaucoup, certains ne font rien. Il faut au moins un peu d'argent. Je ne peux compter sur la force qui rugit en moi, que si j'obéis à mon propre instinct.

 

 

 

 

 

            Dans les cités c'était la loi des bandes et des tribus ; on se faisait la guerre d'un quartier à l'autre, d'une cage d'escalier à l'autre.

 

            Au temps des aristos, on soignait au moins son langage, car il fallait peu de mots pour finir avec deux témoins et à l'aube, sur un duel sanglant. Mais là, le langage n'était qu'insultes, et la violence n'entretenait que la misère matérielle et mentale. Dans le meilleur des cas, ce n'était que des palabres et de la débrouille.

 

             Les duels c'était toujours des histoires de grands frères et de groupes. L'individu y avait encore moins cours. Dans certains cas, il n'y a que la fuite.

            Ailleurs, c'est juste la manière qui diffère.

                                                                                           

            Contre les crachats faciles, on ne peut rien faire, qu'est-ce que tu veux faire ?

            C'est comme ça le ghetto, et l'intelligence quand elle existe, y vacille.

            Mon auréole était comme détruite, avec comme reste un oeuf noirâtre à moitié décapité.

            Alors je me voyais sur le trottoir, faible et le corps voûté, ma santé en fuite et la riposte atone.

            Vue panoramique urgente et désirable.

            Ma réalité est différente de celle des gens d'ici, qui ont le sang chaud et collectif, mais toujours le sourire déférent.

 

 

 

                                                                                         

            J'habite une petite maison sur la colline.

            Mes trois voisines sont de gentilles sorcières.

            Des chevaux galopent autour de la colline.

            Le ciel sombre est constellé d'étoiles d'or.

 

            Ainsi je voyais les choses, du fond de mes murs de pierre, qui suintaient la « malsaineté », si je peux imager ainsi.

 

            I'm just a prisoner !

 

 

 

 

 

    Odal GOLD       www.odalgold.com

 

 



11/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


This is my Odal Gold Blog. I'm just a poor boy !------- Odal GOLD


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion