Le Soleil au Zénith

MAFIA : un état d'esprit

 

 

    Après tout, c'est un tout petit nombre de gens qui décide vraiment, toujours, va savoir... ah bon, tu n'en es pas encore persuadé ?? !?

     La libre concurrence et le libre marché tant vantés du capitalisme – qui bénéficieraient parait-il au plus grand nombre – sont des leurres.

 

 

     Qui décide et qui est mangé

 

     Certaines imprimantes sont équipées d'une puce compteur, bloquant l'impression au-delà d'un nombre convenu de feuilles.

     Il faut voir le documentaire de Cosima Dannoritze, intitulé « Prêt à jeter », sur Arte.tv...

     >>> http://www.arte.tv/fr/3714270.htm

     Ce documentaire traite de l'obsolescence programmée des objets. Programmée par qui ?

 

     « Le premier objet à avoir été massivement et mondialement concernée par l'obsolescence programmée semble avoir été la lampe à incandescence classique, selon la volonté de grands industriels du secteur regroupés sous le nom de Cartel de Phœbus. Celui-ci, créé spécifiquement dans ce but le 23 décembre 1924, regroupait alors les principaux fabricants mondiaux d'ampoules. Devant l'augmentation de la durée de vie des ampoules (2 500 heures en moyenne en 1924) et donc face à un moindre renouvellement des lampes par les consommateurs, les industriels éditent une charte commune indiquant qu'il ne pourra plus être fabriqué d'ampoule ayant une durée de vie supérieure à 1 000 heures. Ils se dotent pour cela d'une instance commune de vérification et de répression éventuelle au moyen d'amendes d'autant plus élevées que la vie constatée des ampoules est longue. En 1927, dans le monde entier, la durée de vie des ampoules des grandes marques était alignée sur 1 000 heures en moyenne. Par exemple, avant les années 1920, les ampoules électriques allaient jusqu'à 2500 heures en moyenne et certains brevets existaient les faisant durer jusqu'à 100 000 heures !! » (Wikipédia : [lien])
    
     Plus inquiétant, je ne vois pas pourquoi il en serait autrement dans le domaine de la santé : en ce qui concerne les vaccins, les labos pharmaceutiques, le sida, les vérifications vis à vis des pesticides, les méthodes chirurgicales, les cancers, les soins médicamenteux, etc.. Sauf qu'il n'y s'agit plus particulièrement d'ampoules électriques, mais que cela concerne tout le vivant animal et humain, dont nous-autres les « non-affranchis », nous-autres qui ne sommes pas des esclaves à qui on aurait donné la liberté, nous-autres qui ne sommes ni des Capo ni des Sgarrista ni des Piccioto à la solde de la « Cosa Nostra ».

     Nous-autres, que le général de Gaules – il devait savoir de quoi il parlait et je pense que c'était au premier degré – qualifiait volontiers de "veaux". Les veaux sont bons pour leur viande, ils sont désarmés et ils n'ont pas de mémoire.

 

 

 

 

 

     Le Cartel du pétrole

 

     En Occident, c'est le Cartel du pétrole qui domine particulièrement notre monde : les guerres d'Irak et de Libye nous en ont fait une petite démonstration. Je ne vais pas rentrer dans les détails mais il n'y a qu'à se demander comment cela peut se faire que des batteries électriques performantes pour les voitures n'aient, soi-disant, pas pu encore être inventées (bien sûr qu'elles existent déjà). Ou bien un carburant se substituant facilement à l'essence, plus d'un demi-siècle après que les allemands aient bien produit, durant la WW2, du carburant synthétique.

 

     Pour prendre une image parlante, c'est comme les immondices qui dégorgent de partout à Naples : la mafia locale, la « Camorra », s'y enrichit en délestant de leur fonctionnement tout l'argent attribué à la chaine des ordures, depuis les fonds européens pour construire un incinérateur jusqu'à la moindre poubelle qui ne peut plus y être ramassée. Pareillement en Occident, le Cartel du pétrole interdit toute recherche et  tout fonctionnement alternatif pouvant substituer, à leur rente du pétrole, une solution crédible. Toute la chaîne de l'énergie est parasitée par le Cartel du pétrole, exactement comme à Naples, la « Camorra » parasite toute la chaîne liée aux ordures.

 

     La World Company (ou la World Mafia) de l'énergie pense déjà à se recycler dans le nucléaire-poubelle, style un futur Tchernobyl ou Fukushima au cube.

     La fusion nucléaire [lien] lui semble pour cela pouvoir devenir l'énergie de demain. En effet elle aurait l'avantage de tenir la matière nécessaire à la production d'électricité de 100 millions d'individus pendant un an : dans l'espace d'un verre d'eau. Cela aurait surtout l'avantage, pour ces mafiosi de la World Company, de contrôler (parasiter) définitivement tout le business de l'énergie sous le prétexte (vain) que le reste (tout le reste, le vent, le soleil, l'eau, les carburants synthétiques ou bio, etc. etc.),  ne serait pas technologiquement au point ou empêcherait le reste de la planète de se nourrir !

 

     Mais c'est comme Naples et ses ordures, à l'échelon de la Terre, cela veut dire qu'une énergie pas trop centralisée et donc pas trop fragile, pas trop dangereuse, produite un peu partout, pas chère, pas polluante, et même pour des vaisseaux interplanétaires, c'est possible : mais pas avec le Cartel qui contrôle l'Occident et son pétrole et son atome-poubelle.

     C'est possible, mais pas à Naples, où la « Camorra » a transformé cette Cité en décharge toxique à ciel ouvert.

 

 

 

 

 

    La Mafia : un état d'esprit

 

     Mais peut-être que je me fais des idées, et d'ailleurs, si tu n'y vois pas malice, d'accord, c'est que les Mafias, surtout la World Mafia, n'existent pas, ni les coups fourrés, la télévision en parlerait, on est en démocratie quand-même, et on est bien gardé.

     D'ailleurs la preuve, c'est que pour Edgar Hoover, patron du F.B.I. de 1924 à 1972 quand-même, « la Mafia n'existe pas et le seul danger pour l'Amérique, ce sont les communistes » (SIC !).

     >>> http://fr.wikipedia.org/wiki/J._Edgar_Hoover

 

     Contre le Cartel du pétrole, comme pour la mafia napolitaine (la « Camorra », qui a infiltré le marché rémunérateur de la gestion des déchets), on ne peut rien : parce que c'est un état d'esprit.

     Je n'épiloguerai donc pas non plus sur les « Histoires des Services Secrets » diffusés sur la 5. On y apprenait que les célèbres brigades rouges italiennes avaient été complètement manipulées par les services secrets italiens qui appartenaient de fait à la loge maçonnique P2 - qui elle-même dépendait totalement de la CIA. On y apprenait que 3 présidents italiens au moins avaient, déjà, été directement « placés » par la célèbre agence... etc, etc...

 

     Peut-être qu'à la base de toute société dite humaine, il y a un phénomène de mafia : cette union du Beretta et du goupillon. Mais en vérité, je ne suis pas des leurs, je ne les aime pas, et dans leurs yeux, chaque fois que je les croise, je ne vois que ma propre misère programmée, la stupidité brutale, la cupidité, le sordide, le conformisme, la laideur, la lâcheté, l'absence d'individu dans une meute éblouie par l'ignorance, l'infantilisme.

 

 

 

 

                                                                         Odal GOLD

 

                                                                         www.odalgold.com

 

 

 

 

 

 

 



16/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


This is my Odal Gold Blog. I'm just a poor boy !------- Odal GOLD


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion