Le Soleil au Zénith

« Une conquête, accomplie dans le sang et les larmes »

 

 

     Du temps de Victor Hugo, j’aurais peut-être dit de tout cœur avec lui que l’éducation obligatoire et laïque ferait des petits gars de Ménilmontant et d’ailleurs, et même des Géraldine, tous et toutes : des citoyens et des citoyennes digne des Antiques.

 

     Mais aujourd’hui encore, plus d’un américain sur deux croit que la terre a été créé il y a 6000 ans, et ne s’intéresse en fait, autant que son homologue européen, qu’aux mariages princiers et hollywoodiens, ou au dernier match de football. La plupart sont ce qui s'appelle des créationnistes, et pourtant ils ont là-bas les meilleurs géologues et les meilleurs paléontologues pour leur prouver le contraire. Et pourtant, ils ne ressentent pas d'eux-même le sentiment d'infini glacé dont on peut se nourrir sous la voute étoilée.

     Et pourtant tous ces citoyens qui ne seraient pas de vulgaires moujiks, ils savent tous lire et écrire, ils ont à leur disposition des milliers de chaines de télévisions, de journaux, de livres, d’émissions.

 

     Moi tous ces braves gens, et je les connais bien, je les vois comme des cannibales bon teint à qui on a adjoint beaucoup de crèmes éclaircissantes et « embellisantes » pour les faire ressembler à des citoyens Antiques, et beaucoup de technologie (des portables, des ordinateurs, etc.) comme étant de fait les nouvelles verroteries pour sauvages.

 

1235tarWarsPapesimilar.jpg

 

 

 

Leurs histoires qu'... « il faut sauver le monde » (sic !)

 

     Les prêtres judéo-chrétiens sont exactement comme ces quelques dentistes qui détruisent sciemment plusieurs dents saines pour quelques centaines d’euros. Il y a un paquet de reportages sur le sujet en ce moment.

     Ou comme ces médecins qui estropient gravement des patients qui n’avaient pas besoins d’une opération, pour quelques milliers d’euros. Il parait qu’il y en a de plus en plus, et pas seulement dans les cliniques privées.

     Bien pire que les voyous, ils ne prennent aucun risque, attendent l’état de faiblesse. La Justice avec un grand J les comprend et les épargne presque toujours.

 

     Leurs histoires de « péché originel » et « des gens à sauver » et du « Monde à sauver », à ces prêtres des monothéismes, c’est déclarer des maladies imaginaires / exactement à l’image de ces chirurgiens montrés dans les reportages.

     Ces chirurgiens et ces prêtres (à leur manière) pratiquent des opérations inutiles et laissent ensuite des séquelles indélébiles, consciemment, patiemment. C'est la même psychologie. C'est l'Arnaque.

 

     C’est affirmer, dans leur bouche plein de l'onctuosité des prêtres, des maladies qui n’existent pas : pour pratiquer de même des opérations inutiles, laisser des traumatismes et des marques définitifs / pour quelques milliers d’euros et un peu de pouvoir.

 

     C’est exactement la même mentalité. Rien ne les dérange… pour quelques euros et un peu de pouvoir. Que le Techno-Pape m’en soit témoin, quand-bien même partirait-il à la retraite !

 

       L’autre jour, un ami, qui est lui-même très catholique, m’a dit péremptoirement :

     « Tu sais, les catholiques et les socialistes, finalement, ils veulent la même chose – sauf que les socialistes n’ont pas le coté spirituel ! »

 

      Au début je n’ai pas compris. Ils ont tous besoin de la misère pour exister, et ils la veulent donc pour toujours ? ?  

 

     Autant que les marchands de sommeil, les entrepreneurs de BTP au black, les milliardaires qui ont le mal de vivre, ou que les bourgeois bobos qui se rendent coupable d’ « esclavage moderne » ? ??

 

 

 

Êtes-vous une sorte de créationniste, qui ne croit pas au processus de spéciation en particulier chez l’être humain ?

 

     L'article premier de la Constitution de 1958 déclarait que la France "assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion".

     Je ne discute pas le bien-fondé de cet article premier, qui était ainsi formulé, et quoi qu'il en soit : au moins il voulait dire quelque chose.

     Le président français François Hollande, et donc beaucoup des gens de tous les jours avec lui, quelles que soit leurs étiquettes politiques qui ne sont là que pour maquiller l'ectoplasme humain en quête de forme et de couleur, ont fait leur priorité absolue en 2012 de supprimer le mot "race" de la Constitution française.

     Ils l'ont fait en prétendant l’inexistence du concept.

 

     Dans un autre contexte, à quelqu’un qui prétendait plus simplement qu’on devrait effacer le mot race du dictionnaire (!),  Cob a écrit ailleurs : « Alors Homo Sapiens serait la seule espèce sur Terre à ne pas se décliner en variétés/races ? Êtes-vous une sorte de créationniste, qui ne croit pas au processus de spéciation en particulier chez l’être humain, ou juste un idiot ? »

     Il faut juste surfer les vagues, les dogmes et les foules un peu fantomatiques et agressivement vulgaires. Ces foules en quête d'apparence et de consistance, elles (et leur ambition secrète) exigent en fait la reconnaissance des "people", des mondes et des dieux. Les derniers sont déjà les premiers, comme au Moyen-Age ?

 

Apolon Temple-Delphi.jpg 

 

 

Une conquête, accomplie dans le sang et les larmes

 

     « Les évidences mises en lumière par Darwin n’ont été possible que grâce à la laïcité : la laïcité n’est pas un produit spontané de la culture occidentale, mais une conquête, accomplie dans le sang et les larmes, contre deux millénaires de tradition judéo-chrétienne de confusion mortifère du politique et du religieux. »

 

                                                                  Cinthia FLEURY – « Les Pathologies de la Démocratie »

 

     Aujourd’hui, en regardant comment tourne  la république rêvée par Victor Hugo et Cinthia Fleury, je ne peux pas exactement, plus exactement, parler comme Victor Hugo ou comme Cinthia FLEURY. Même si sur le fond esthétique de l'homme Antique, j'adhère.

 

      Je ne suis pas du tout un révolutionnaire (je connais trop bien le prolétaire moyen de l’ile du Dr Moreau), j'essaie juste de considérer. Je connais aussi trop bien le bourgeois torve et confis, qui est aussi un cannibale, et je ne suis donc pas du tout - moi non plus - un réactionnaire.

 

      Contrairement à Cinthia FLEURY, je ne suis pas un adepte de « la démocratie à tout prix », car comme elle semble d’ailleurs le remarquer dans ses livres, il y manque souvent le courage et que je sache, on y a exécuté Socrate.

     Je ne suis pas dogmatique et je n'ai pas de Tabou.

     Les religions ne me dérangent pas tant qu’il y a la possibilité notamment d’être athée, tant qu’il y a la laïcité justement. Les religions sont un petit opium que parfois j’aime même bien : à petite dose. 
 
      Les seins nus à l’Antique, peints, filmés, sculpté ou vrais : ils ne me posent pas problème et ne me dérangent pas du tout, au contraire.


      Il y a juste avec tout cela une manière, peut-être, de n’être pas vulgaire. Et d'avoir une vision qui nous porte aussi vers le Samadhi sanskrit (voir post-scriptum), l'infini et les étoiles.
 
      (Vision du monde qui est globalement surtout celle de l’Occident et de l’Europe ? Pour l’instant ?)

 

 

                                                                 

 

                                                                         Odal GOLD

 

                                                                         www.odalgold.com

                  

 

 

 

 

 

 PS : le Samadhi d’après wikipédia :

          « Samādhi (समाधि en sanskrit devanāgarī)1 est un terme sanskrit qui est lié à la philosophie indienne. Il correspond dans les Yoga Sūtra de Patañjali au huitième membre (aṅga) du Yoga. Il signifie complet (sam-) établissement, maintien, « reposition » (-ādhi) de la conscience, de l'attention. Son usage généralisé a entraîné un important élargissement sémantique: ce substantif masculin signifie « union, totalité, accomplissement, achèvement, mise en ordre, rangement, concentration totale de l’esprit, contemplation, absorption2 ».

  • Dans l'hindouisme, c'est le nom de la huitième et dernière étape de l'ashtānga-yoga (signifiant huit membres) qui est exposée dans les Yoga Sūtra de Patañjali, durant laquelle l’esprit du yogi réalise la « réalité ultime » (l'Ātman qui n'est pas différent de Brahman).
  • Dans le bouddhisme, ce terme a deux acceptions : concentration et établissement dans l'éveil. »

 

 

 

 



19/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


This is my Odal Gold Blog. I'm just a poor boy !------- Odal GOLD


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion